La pratique

e137dc5f5bec5541a95afd28e4b7818cLors de notre premier entretient je vous poserais quelques questions de manière à comprendre votre demande avec un maximum de précision.

Nous conviendrons d’un rendez-vous ou vous viendrez dans une tenue simple et aussi confortable que possible pour vous sentir à l’aise dans vos mouvements et pour que je puisse au mieux ressentir du bout des doigts les zones de votre corps qui seront en plénitude ou en manque d’énergie.

Littéralement Shiatsu signifie « pression avec les doigts ». Shizuto MASUNAGA est le premier à rétablir les bases théoriques de la thérapeutique Shiatsu en s’appuyant sur les grands principes de la médecine traditionnelle chinoise (harmonie YinYang, méridiens, 5 éléments etc…) et développe sa propre méthode : le Shiatsu des méridiens dont il dresse une carte précise et détaillée.

Alors qu’en médecine chinoise l’existence des méridiens énergétiques est reconnue depuis 5 000 – elle vient d’être scientifiquement prouvée par des chercheurs de l’Université nationale de Séoul qui confirment leur présence et les désignent comme un « système primo- vasculaire. »

Ils disent que ce système est un élément crucial du système cardio-vasculaire.

  • –  La méthode de S.Masunaga se distingue par la notion d’empathie, de compassion pour la vie en général et d’échange entre donneur et receveur. Ce n’est pas à proprement parler un massage.
  • –  La pression s’exerce par intervalle et non point par point et le shiatsu Masunaga ne fait pas mal.
  • –  L’attitude générale, la respiration, la posture et le poids du praticien concourent au bon déroulement de la séance.

    La démarche orientale vers l’harmonie a toujours consisté à augmenter la vitalité et à prévenir le déséquilibre plutôt que lutter contre une fois qu’il est installé et lisible en tant que symptôme.

Ce qui importe vraiment n’est pas que les symptômes disparaissent, mais que l’équilibre soit rétablit dans son ensemble.

La démarche est thérapeutique autant que spirituelle – dans le sens ou j’ai choisi de pratiquer le Shiatsu de Masunaga qui est emprunt de cette spiritualité. Pas de magie !

Concrètement la séance se déroule dans une ambiance calme, détendue, qui prête à la méditation et au relâchement.
Nous échangeons verbalement autour de votre préoccupation du moment puis j’établis un diagnostic au niveau du ventre (AMPUKU).

Vous êtes allongé vêtu sur un futon, couvert d’un léger plaid s’il le faut, et recevez la manifestation de toute mon attention à travers ce shiatsu.
La pression sur certaines zones du corps est lente, progressive et constante (avec les doigts, les mains, les bras et parfois les pieds). Le but est d’équilibrer ou ré – équilibrer la circulation de votre énergie. Pas de fantaisie. A la fin de la séance nous faisons un bilan et envisagerons la suite du traitement en fonction des conclusions auxquelles nous arriverons ensemble.

La réflexologie que je propose fait partie intégrante du shiatsu. Elle est à ce titre globale et ne se concentre

pas uniquement sur les pieds mais également la tête, le ventre et toute la partie antérieure du corps.
Le protocole est basé sur celui de la FFSM.

En Chine, le Shiatsu Shi n’est rémunéré que si les personnes qui le consulte ne tombent pas malade – je pratique avec l’espoir de ne vous voir que 4 fois dans l’année – lors des intersaisons pour agir comme S.Masunaga dans un but préventif plutôt que curatif.

C’est la période ou les déséquilibres sont les plus visibles.

35480940_1997285120492019_8102102688872792064_n 2

Main dans la main

Le Shiatsu est une philosophie.
« (…) la chose la plus importante à savoir, est que la douleur ou les problèmes physiques qui surviennent dans une partie du corps et qui sont le résultat final des déséquilibres, ne sont pas exclusivement liés à cette partie. La bonne santé est la résultante d’une harmonie entre l’énergie physique, émotionnelle et spirituelle. » S. Masunaga, Shiatsu Shi
«(…)dans toutes les cultures et dans toutes les traditions médicales précédant les nôtres, la guérison était accomplie en déplaçant les énergies.»A.Szent-Györgyi, biochimiste et Prix Nobel.