Tarte à la patate douce, au navet et à la courge.


Pour une fois j’ai acheté une pâte toute faite sans gluten et feuilletée c’est le luxe. Je l’ai sorti suffisamment tôt du réfrigérateur pour pouvoir l’étaler dans ma tourtière sans risque de la voir se déchirer. Elle reste comme toutes les pâtes sans gluten très fragile.


Pour une grosse tarte qui vous faudra donc
1 patate douce de 500 grammes
3 navets jaune (de chez Gaëlle)
1 peu de purée de courge
75 g de brebis râpé
3 oeufs
75 ml de lait végétal
3 gousses d’ail
1 grosse pincée de sel
3 cuillères a soupe d’huile d’olive
Du thym (de chez Gaëlle)

Commencez par étaler la pâte dans la tourtière et réservez-la. Continue reading

Gestion du stress par la méditation, la relaxation, le mouvement…

Si nous n’y prenons pas garde nos modes de vie, nos conditions de travail et d’études, nous éloignent de plus en plus de nos sensations profondes.

Nous ignorons très souvent ce qui devrait sonner comme de justes signaux d’alarme.
Dans le meilleur des cas la réaction est un symptôme sans grande gravité (qu’on ignore le plus souvent), mais il arrive aussi que le symptôme se manifeste sous la forme d’une maladie grave (à la suite d’un choc émotionnel par exemple) où bien dans un burn out.

Quelque chose ne va plus.

Que nous ne savons pas nommer. Continue reading

Détoxication – jeûne …

Un article publié il y a 1 an, en plein stress  !

IMG_5230

Le jeûne … sujet du numéro 7 de la revue – en février 2019

Le sujet du mois est la détoxication !
J’ai choisi de vous en parler à l’approche du printemps. Si vous avez lu les premières pages de ce numéro, vous savez qu’en médecine chinoise le printemps est là !
Saison du renouveau, de la naissance, de la reproduction, … saison vivante.
Pour pouvoir l’accueillir avec un maximum de réceptivité, et profiter de tout ce que contient cette saison de promesses pour mon organisme tout entier, cette année j’ai eu l’envie de pratiquer une détoxication assez radicale sous la forme d’un jeûnesec.
J’avais déjà jeûné, en buvant de l’eau, je pratique le jeûne intermittent quotidien en ne m’alimentant pas durant 16h au minimum puis en m’octroyant une fenêtre de 8h durant laquelle j’apporte à mon organisme une alimentation choisie pour lui permettre de se construire, et/ou de reposer certains organes, mais jamais encore je n’avais pratiqué de jeûne sans boire.

Pourquoi ?
Après une courte réflexion je suis obligée d’avouer que je convoquais ma peur … la petite créature fragile et sournoise qui m’habite parfois et dont je ne prends pas assez soin. Ma peur de l’inconnu tout simplement que j’alimentais de mon ignorance.

Il parait qu’il FAUT boire …
J’ai donc cherché dans les livres que j’avais à la maison si je pouvais trouver des renseignements sur le jeûne sec, puis je suis allée farfouiller sur internet ou je suis bien entendu tombée sur un nombre délirant de témoignages au nombre desquels ceux de Thierry Casasnovas. Abonnée à sa chaine j’avoue ne pas prendre suffisamment de temps pour tout regarder, écouter, tester. Il est très prolixe !

J’avais décidé de jeûner, sur une courte période j’ai donc choisi de le faire sur une fin de semaine puisque je ne donne plus de cours régulièrement le dimanche – pensant que je pourrais me reposer si quelque chose ne tournait pas comme je l’espérais au niveau énergie !

J’ai donc arrêté de m’alimenter et de boire un vendredi soir. Avec une charge de cours assez importante pour quelqu’un de mon âge et de mon gabarit en fin de semaine. Il était évident que je serais fatiguée (c’est de toutes manières toujours le cas le samedi après mon retour … je pique du nez ! … normal après 10h à 15h de cours intenses en 2 jours).

Je n’ai pas été plus fatiguée que d’habitude, mais j’avais également ce WE des séances de Shiatsu et j’imagine que le fait même de rester active et de pratiquer le Shiatsu m’a maintenue à un haut niveau d’énergie un peu plus longtemps que d’habitude.

Les 2 jours ont passé très vite et m’ont un peu laissée sur ma faim… c’est le cas de le dire !

J’ai alors décidé de pratiquer ce jeûne sec 1 fois par semaine sur 24h minimum à partir de janvier et de m’abstenir de m’alimenter et boire au minimum 72h – 1 fois par mois.
Je vous explique pourquoi maintenant !

fullsizeoutput_1041

1- Mon énergie après ce premier jeûne m’a semblé réellement restaurée. L’impression au quatrième jours après la fin de jeûne d’être dans une forme olympique, avec des sensations physiques de légèreté, force et rapidité oubliées, des capacités de concentration, réflexion etc… réellement plus efficientes, et une sorte de calme intérieur totalement surprenant.

L’envie de conserver cet état, de le cultiver et de le vivre de manière permanente m’enchante.
2 – Mon appétit ordinairement gargantuesque m’a semblé légèrement plus raisonnable, mais avec des envies très tranchées, parfaitement en adéquation avec mon mode de vie. Des jus … comme d’habitude du gras (beaucoup !) et des végétaux.
3 – Mon poids a continué à diminuer avec la même tendance à la hausse pour la masse maigre et surtout à la baisse pour ma masse grasse. J’ai perdu 1,500 kgs durant le jeûne et encore 1 kg dans les 2 jours qui ont suivi sans dégrader de masse grasse et plus surprenant …. en gardant un pourcentage d’hydratation stable.
Je n’avais pas de surcharge avant de commencer le jeûne, j’imagine à peine l’impact d’un tel WE sur une personne en surcharge pondérale … un petit WE.

Toutes ces observations sont venues corroborer ce que j’avais commencé à ressentir avec le jeûne intermittent depuis presque 2 ans, et étayer mon choix.

Explications :
Le jeûne est intéressant d’un point de vue métabolique parce-qu’il permet de mobiliser les ressources du corps – que rien d’autre ne peut mobiliser en permettant à l’organisme un extraordinaire nettoyage, en plus de la régénération de certaines cellules.
En cessant de fournir du carburant qui n’est d’ailleurs pas forcément utilisé, on cesse du même coup d’apporter à l’organisme les toxines contenues dans nombre de nos aliments. On lui permet d’aller chercher en profondeur ce dont il a besoin et sur une si courte période on entame très peu nos réserves – il n’y a donc aucun risque.
Le repos des organes qui n’ont plus de travail de digestion à faire, permet à l’organisme de se mobiliser tout en entier au travail de nettoyage pour évacuer par les fluides notamment les déchets dormant dans les cellules. C’est le principe de la détox, et aucune n’est aussi efficace que celle qui consiste à laisser la machine faire son travail sans l’aider. L’organisme est en quelque sorte fait pour. Elimination par les fluides … contenus dans le corps et générés par lui ! Avec le jeûne sec l’organisme est obligé d’aller puiser l’eau ou elle se trouve … le corps en est constitué à 60% !
On en a la preuve que laisser son corps agir seul est un bienfait en regardant autour de nous :

Continue reading

1 2 3 18