Ravie de partager ceci avec vous

fullsizeoutput_1ca5

Je suis intolérante avéré au gluten… c’est mon corps qui me l’a signalé – pas la mode.

Après plusieurs mois d’observation sans faire le lien entre les différents symptômes j’ai pu consulter une allergologue.

Je m’étais aperçu que j’étais malade en début de semaine … pas d’énergie, des douleurs abdominales, des marques “bizarres sur le visage et puis un moral dans les chaussettes.

Mes dimanche matin étaient pour la plupart consacrés aux compétitions sportives (course à pieds ou triathlons) : je faisais à l’époque une recharge glucidique les vendredi soir et samedi matin de manière à être au top … le foie et les muscles bien chargé de glycogène parée à prendre du plaisir sur mes courses.

Ça signifiait : pâtes à gogo (complètes et pas bio !!!)

Et voilà … le lundi survenait l’enfer … jusqu’au jour ou je me suis posé la question de savoir si ce que je mangeait n’était pas la cause de ce malaise. Ce qui était le plus gênant pour moi, c’était ce manque d’envie, exit la joie de vivre – pire parfois – un manque total de contrôle et une irascibilité latente. Vraiment pas sympa avec mon entourage. Je voyais bien tout ça mais c’était comme s’il manquait des pièces pour faire un puzzle cohérent.

Il a fallu un tout petit test cutané pour observer un œdème sur le gluten – l’allergologue m’a demandé d’en supprimer totalement la consommation avant d’essayer 10 jours plus tard – de le ré introduire … ce que je n’ai jamais fait !

J’ai immédiatement ressenti que ça allait mieux au niveau intestinal et puis … j’ai dégonflé !

C’est après cette période qu’en réfléchissant j’ai pu analyser que j’avais bien d’autres symptômes de ce déséquilibre (sommeil, flatulences, gonflements abdominaux, spasmes, problèmes de peau avec visites périodiques chez le dermatologue, maux de tête, fatigue etc…)

J’ai eu de la chance puisqu’on a pu diagnostiquer et agir rapidement sur le problème sans causer d’autres stress à mon organisme.

L’impact psychologique … est énorme. Ça fait presque 10 ans et rien ne me manque au niveau alimentaire … pas même le gout de la baguette sortant du four pour faire des mouillettes au beurre et manger un œuf à la coque ! non.

Parce-qu’il  est vraiment bon d’habiter son corps.

Du coup je vous partage mes recettes sans gluten avec le plaisir de tester d’autres alternatives … dont l’addition de légumineuses à mes préparations à la place de farine.

Pour ce gâteau il vous faudra

fullsizeoutput_1ca6

400 g de haricots noirs préalablement cuits (faites-les tremper 24h avant la cuisson pour permettre au germe de commencer à s’exprimer)

4 œufs frais

100 ml de lait végétal

150 de chocolat noir 85 % de cacao minimum

1 cuillère à soupe de cacao en poudre

1 cuillère à soupe de purée d’amande

50 à 100 g de miel (j’en ai mis juste 30 car on s’est totalement habitué à manger peu sucré voir pas du tout)

1 poignée d’amande

1 pincée de sel

Faites cuire les haricots puis égouttez-les.

Dans un blender mixez les œufs avec la purée d’amande la pincée de sel et la cuillère de poudre de cacao.

Ajoutez les haricots progressivement et le lait végétal pour garder la préparation souple.

Concassez grossièrement les amandes au couteau sur une planche.

Préchauffez le four thermostat 9

Préparez un moule à manqué avec une feuille de papier sulfurisé.

Sortez la pâte du blender et ajoutez la poignée d’amandes concassées et versez la pâte dans le moule;

Enfournez pour 20 minutes maximum !

fullsizeoutput_1ca4

Solange

Maman de 4 grands enfants et bien-heureuse grand-mère ! Violoncelliste, praticienne de shiatsu, éducatrice sportive et professeur de yoga - je suis également triathlète, marathonienne intolérante au gluten et végétarienne. Je vis en cultivant ma singularité sans concession mais avec une réelle et sincère envie de partager ce qui est bon : c’est ce qui me donne l’énergie et la joie de vivre au quotidien ! Partager, manger, bouger, méditer, être soi-même en conscience.

Laissez un commentaire